Comment rédiger ma note d’invitation ou mon message de prospection sur LinkedIn?

Published by Guillaume Portalier on

6 minutes

Utiliser ProspectIn permet d’automatiser l’envoi de demande de connexion sur LinkedIn et vous permet de créer de véritables séquences de prospection.

L’outil vous permet de gagner un temps précieux et peut permettre d’obtenir des résultats largement supérieurs aux campagnes emailing classique, encore faut-il que vos approches et messages de prospection soient optimisés.

Aujourd’hui, nous revenons sur la base du copywriting et comment convaincre par écrit :  Comment rédiger votre message de prospection sur LinkedIn ?

Le copywriting sur LinkedIn, kesako?

Le copywriting, c’est l’art d’écrire pour convaincre. Il ne s’agit pas de votre capacité à disserter pendant des pages sur l’avenir de l’écologie, mais d’utiliser des techniques et formules (magiques) pour convaincre votre prospect d’utiliser votre application, ou d’acheter votre produit ou service.

Le top 5 des choses à ne pas faire pour rédiger vos messages LinkedIn

De part mon titre de « Co-Founder » et « COO » sur LinkedIn, j’ai la chance (ou plutôt malchance) d’être contacté des dizaines de fois par jour par des personnes ne maitrisant pas du tout les codes de la prospection et du copywriting. J’ai donc une quantité d’exemple inépuisable pour illustrer les choses à NE PAS FAIRE. 😉

Envoyer un pavé illisible de 1000 mots

Vous n’avez pas le temps, et vos prospects non plus. Un message de prospection de 1000 mots ne sera jamais lu donc inutile de passer du temps à décrire votre activité ou votre produit en long en large et en travers : cela ne sert à rien.

Sérieusement, qui a envie de lire un tel message, encore plus sur LinkedIn ? 😱

En moyenne, un message de 1 000 caractères et plus reçoit deux fois moins de réponse qu’un message de 300 caractères (consultez notre étude sur le sujet)

Ecrire en majuscules

Lorsque vous écrivez un mot en majuscule, cela donne la sensation que vous êtes en train de crier. Cela donne un ton extrêmement agressif à votre message. Vous n’avez pas envie d’agressé votre interlocuteur, vous voulez l’amadouer. CA PARAIT PLUTOT EVIDENT N’EST CE PAS ? 😁

Et pourtant…

Utiliser plusieurs polices d’écritures différentes au sein de votre message

Au même titre qu’un message écrit entièrement en majuscule, un message comportant plusieurs polices différentes donne l’impression d’avoir été bâclé. On a l’impression de lire un brouillon.

Par ailleurs, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’utilisation du gras est à proscrire. Cela rend votre message complètement non-naturel et à but commercial évidente. Vous voulez créer une relation avec votre prospect, pas apparaître comme un vendeur de manière évidente.

En prospection, la forme est aussi importante que le fond, votre message doit être soigné. 👌🏻

Faire des fautes d’orthographe

Ca paraît être du bon sens, et pourtant. Je ne calcule plus le nombre de message de prospection remplis de fautes d’orthographe.
Encore une fois, la forme est aussi importante que le fond. Faire 10 fautes d’orthographe dans votre message de prospection LinkedIn vous décrédibilise totalement.

Parler de soi, être trop vague, ne pas utiliser d’appel à l’action

Votre prospect ne vous connait pas. Il ne connait pas votre activité. Il ne veut pas savoir ce que vous faîtes. Il veut comprendre comment vous allez l’aider à répondre à ses problèmes. Vous ne pouvez pas vous permettre de rester vague dans votre approche, sans appel à l’action, et espérer que cela morde :

Vous pensez vraiment que votre prospect va accepter un meeting juste parce que vous voulez parler de « synergies » entre vos deux entreprises ? Aucune chance. Il faut aller droit au but, être plus précis.

Comment rédiger un message qui vend sur LinkedIn

Bien, maintenant que l’on a vu les écueils à éviter, on va pouvoir se pencher sur les grands principes et techniques qui vous permettront d’optimiser votre message de prospection sur LinkedIn.

La structure de votre message

Vous devez envisager votre message sur LinkedIn avec une structure fixe, chaque partie étant régie par des codes spécifiques.

L’accroche

L’accroche est la première phrase que vous allez utiliser dans votre message ou note LinkedIn. Elle doit être courte, mais surtout, elle doit amener le destinataire du message à continuer la lecture de ce dernier. L’accroche est primordiale : si vous perdez votre interlocuteur à ce stade, peu importe que vous ayez soigné au maximum la suite de votre message, cela sera vain.

L’accroche sous forme de question fonctionne en général assez bien. Vous ne parlez pas de vous directement, vous vous intéressez à la problématique de votre prospect et cherchez à comprendre ses enjeux. L’accroche doit ainsi soulever une « pain », un problème rencontré par votre prospect.
N’oubliez pas que s »il n’y a pas de problème, il n’y a pas de solution. 😉

ProspectIn permet d’automatiser l’envoi de message sur LinkedIn, nous vous recommandons de prendre un peu du temps ainsi économisé pour peaufiner vos approches.

N’hésitez pas à faire des tests A/B sur vos messages pour trouver l’approche qui transforme le mieux.

Votre proposition de valeur

La proposition de valeur vient juste après l’accroche. Si vous utilisez une question dans l’accroche, la proposition de valeur vient donner des éléments de réponse à cette question.

En une ou deux phrases maximum, vous devez énoncer le plus clairement possible ce que vous proposez dans votre activité (B2B, solution, service, SaaS?…) et comment ce que vous proposez est cohérent par rapport au problème rencontré par votre cible.

Vous devez en dire suffisamment pour que votre prospect ait envie d’en savoir plus après avoir lu votre proposition de valeur, en visitant votre site web par exemple.

L’appel à l’action

Maintenant que vous avez expliqué en quoi vous proposiez un produit/service X qui répondait au problème Y, il faut que vous indiquiez à votre prospect les prochaines étapes.

Vous pouvez par exemple envoyer un lien d’inscription, indiquer un lien vers votre site web ou bien encore proposer à votre cible de revenir vers vous.

De manière générale, il est préférable de ne jamais dépasser les 500 caractères dans votre message. Rappellez-vous que vous n’avez que quelques secondes pour capter l’attention de votre prospect, le cerveau humain est ainsi fait qu’il se fait une idée sur l’intérêt potentiel d’un message en moins de 2 secondes. Il y’a fort à parier que votre message ne sera même pas lu si votre message est trop long à lire à première vue.

Analyse d’un message LinkedIn

En reprenant la structure ci-dessus, voici ce que cela donnerait pour un message de prospection envoyé pour faire la promotion de Piwaa, le dernier outil de la famille Waapi.

  • L’accroche :

L’accroche est simple et efficace, vous aurez l’attention de tous les prospects qui utilisent massivement la messagerie LinkedIn (les gros utilisateurs de la messagerie savent à quel point c’est une PAIN 😜)

  • La proposition de valeur :

La proposition de valeur permet de donner des informations sur la nature du produit et ce que l’on peut en attendre.

  • L’appel à l’action :

L’appel à l’action permet à la fois d’indiquer les prochaines étapes pour votre prospect, et de proposer des informations supplémentaires si nécessaire (grâce au lien vers le site web).

En quelques secondes vous indiquez clairement à quel problème vous vous attaquez, ce que vous proposez, et ce que cela implique pour votre cible.

Conclusion :

Pour optimiser l’efficacité de votre message de prospection sur LinkedIn, il faut respecter quelques règles de bon sens et appliquer une structure précise répondant à certains critères.

Si vous voulez aller encore plus loin dans l’optimisation, il faudra effectuer des test A/B.

A vous de jouer 😉


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Partagez