Top 6 des mauvaises raisons de ne pas publier sur LinkedIn

Published by Toinon on

5 minutes

Avouez : vous avez vu des personnes sur LinkedIn faire des milliers de vues avec des posts… basiques. Peut-être que vous connaissez quelqu’un de totalement « normal » qui publie depuis peu sur LinkedIn. Et qui rencontre un franc succès.

Mais vous continuez de vous dire : « Non, publier sur LinkedIn, ce n’est pas pour moi ». Et peut-être que vous utilisez un des arguments suivants pour vous convaincre de ne pas publier.

On vous explique pourquoi vous avez tort (oui c’est dur à entendre).

Syndrome de l’imposteur : je n’ai aucune légitimité

« Le syndrome de l’imposteur, également appelé syndrome de l’autodidacte, induit une forme de doute maladif chez les personnes qui en sont victimes. Ces doutes les incitent à nier la propriété de tout accomplissement, qu’il soit professionnel ou privé. Selon cette théorie, les victimes ont donc tendance à rejeter systématiquement le mérité lié à leurs travaux et attribuent leurs succès à des éléments extérieurs comme la chance, le travail acharné, leurs relations, certaines circonstances exceptionnellement favorables… » 

Autrement dit, vous vous dites : qu’ai-je de plus que les autres pour parler sur LinkedIn ? En quoi suis-je légitime pour donner mon avis et partager du contenu.

C’est un syndrôme rencontré par beaucoup d’entrepreneurs. Moi-même, du haut de mes 23 ans à l’heure où j’écris, je me dis souvent « En quoi suis-je légitime à donner mon avis sur LinkedIn ? A partager des choses ? ».

Puis je vois toutes les personnes qui engagent sur mes contenus. Celles qui m’ajoutent après avoir vu mes posts pour me remercier et suivre mes autres contenus.

LinkedIn est largement utilisé pour parler de soi. Les contenus à forte valeur ajoutée sont encore assez rares et les utilisateurs en sont friands. Il y a donc une opportunité unique à publier.

La légitimité s’acquiert par l’exercice lui-même. Vous avez surement des connaissances sur votre sujet d’expertise qui vous paraissent « basiques ». Mais probablement qu’en réalité, vous en savez beaucoup plus que la majorité des gens. Vous pouvez les éclairer. Et ils vous remercieront.

Tâchez de sourcer vos contenus. De vérifier à ne pas dire de bêtises. A partir de là, rien ne vous rend moins légitime qu’un autre pour publier sur LinkedIn.

Mais ça dépend de vous et de votre ambition bien sûr. A vous de choisir !

Publier sur LinkedIn prend trop de temps

Vous n’avez pas lu notre article sur « Comment obtenir 75k vues par semaine en 30 minutes par jour » 😜!

Premièrement : rien ne vous oblige à publier sur LinkedIn tous les jours. Commencez par une fois par semaine. La régularité est un basique à la réussite de votre stratégie sur LinkedIn. Privilégiez peu souvent mais régulièrement que plusieurs posts consécutifs et plus rien pendant de longues périodes. Imposez-vous un rythme.

Ensuite, rédiger un contenu sur votre sujet d’expertise, une actualité de votre secteur, une petite histoire qui vous est arrivée (et qui apporte de la valeur à votre audience), prend une vingtaine de minutes par semaine. 20 minutes pour des milliers de vues potentiels. La question ne devrait même pas se poser.

Je ne vais jamais avoir de la portée

« Ok je suis légitime. Ok publier du contenu ne prend pas tant de temps. Mais pour quelle portée ? J’ai déjà essayé de publier sur LinkedIn. Je n’ai jamais obtenu plus de quelques centaines de vues. Mon réseau est probablement trop petit. »

Premièrement : construire une audience prend un minimum de temps et de  posts. Il faut « chauffer » l’algorithme LinkedIn.

Deuxièmement : construire une stratégie de contenu efficace ne se fait pas à la volée. Ca se prépare et se construit.

Troisièmement : le réseau a très peu d’impact sur votre portée en matière de publication. Ce qui compte réellement, c’est le taux d’engagement. Et puis rien ne vous empêche d’engager une stratégie d’élargissement du réseau avec des outils d’automatisation pour LinkedIn  (et obtenir 400 nouvelles relations par semaine)

Enfin, si votre objectif est réellement de rentabiliser votre temps pour faire des dizaines de milliers de vues, l’utilisation des pods est quasiment indispensable.

LinkedIn c’est pour recruter

« Pourquoi publier sur LinkedIn alors que ce n’est qu’une place de marché entre chercheurs d’emplois et recruteurs ? »

Si vous pensez ça, je suis désolé de vous le dire, vous avez raté un wagon. 80% des leads BtoB générés sur les réseaux sociaux le sont via LinkedIn. LinkedIn c’est le réseau pour trouver vos clients BtoB !

Vos prospects n’attendent probablement que vous dans leur fil d’actualité. Ne ratez pas cette occasion !

Je ne sais pas quoi dire

« Publier sur LinkedIn, ça demande des idées. Savoir quoi dire. Mon expertise n’intéresse personne, je ne sais vraiment pas de quoi parler. « 

Et pourtant il y a tellement à dire.  Tellement de moyen de mettre en place une stratégie. Il suffit de regarder des experts LinkedIn comme Ruben Taieb qui publient tous les jours. Une partie du contenu tourne autour de questions sur les outils utilisés par son audience.

Quel mal à cela ? Il est visible, il met en avant une expertise. Sans parler que de lui.

Il y a tellement de sujet à aborder :

  • Comment vous avez surmonté un problème X
  • Quelle est la tendance du problème que résout votre service ou produit ?
  • Quelles sont les actus de votre secteur (en utilisant des outils tels que Scoop-it pour faire de la veille)
  • Raconter une histoire inspirante, personnelle ou prise sur internet
  • Parler d’une compétence qui vous intéresse, d’un contenu vu récemment qui vous a marqué

Ce qui compte c’est d’adopter une bonne stratégie et préparer les sujets. Créez vous une note, écrivez toutes vos idées en vrac. Demandez à votre entourage ou vos collègues de vous donner des idées. Et quand vous les aurez épuisées, pourquoi ne pas demander à votre audience directement ce qu’elle souhaite voir ?

Faire des vues, c’est vaniteux. Ca n’apporte pas de business

Vrai et faux. Le business apporté par votre stratégie de contenu n’est pas forcément directement proportionnel au nombre de vues que vous faites.

Mais on ne peut pas nier que les vues que vous faites augmentent les chances de toucher des prospects et cibles potentielles.

En vous rendant dans la partie « Posts et activité » de votre profil LinkedIn, il est possible, en cliquant sur le nombre de vues, de voir quelles est la typologie de votre audience. Une manière de savoir si vous touchez les bonnes personnes. audience-linkedin

Publier sur LinkedIn, ce n’est pas que faire tomber des leads dans votre messagerie. C’est également utiliser le « biais de familiarité », qui consiste à dire que plus on est exposé à quelque chose, plus on a de chances de l’aimer.

Vous savez, cette musique qui vous énervait au début, et qui, à force de l’entendre à la radio, vous plait aujourd’hui (même si c’est difficile à admettre) ? C’est ça le biais de familiarité.

En publiant régulièrement sur LinkedIn, vous vous exposez à toute une audience, qui, le jour où elle devra prendre une décision d’achat, sera plus susceptible de faire appels à votre produit ou service.

Alors vous êtes prêts ? Plus de mauvaise excuse pour engager une stratégie de contenu ? Ou vous restez convaincu que publier, c’est pas pour vous ?

Si c’est le cas, contactez-moi sur LinkedIn. On en discute ensemble !

Tweetez
Partagez
Partagez