Comment éviter les restrictions d’utilisation sur LinkedIn ?

Published by Guillaume Portalier on

5 minutes
5/5 - (122 votes)

L’utilisation de LinkedIn peut offrir un retour sur investissement extrêmement positif si l’on maîtrise bien les subtilités de l’outil et si l’on applique certaines règles de base. Mais attention, une utilisation intensive non cadrée entraînera des restrictions de la part de LinkedIn, ou pire, un ban définitif de votre compte.

Si vous cherchez une solution, découvrez notre outil Waalaxy, qui n’est pas atteint par les restrictions de LinkedIn. Sinon, dans cet article on vous explique toutes les restrictions LinkedIn différentes et nos tips pour vous en sortir. 👊

En savoir plus 🔥

Dans cet article, nous reprenons ces règles élémentaires à connaitre pour éviter ce genre de situation.

Les quotas d’actions

LinkedIn veut que vous vous serviez de leur outil, mais ils ne veulent pas que vous spammiez les personnes du réseau à longueur de journée. Sur LinkedIn, il existe 4 types d’interactions directes (hors likes et commentaires) avec les utilisateurs :

  • La visite de profil
  • Le suivi de profil
  • La demande de connexion
  • Les messages

Chaque type d’action possède un « quota » maximum quotidien qu’il ne faut pas dépasser, au risque de subir des restrictions de LinkedIn.
Ce quota est différent pour chaque type d’action, et varie également en fonction de critères précis associés à votre compte.
Par exemple, vos quotas seront légèrement plus élevé si vous possédez un compte premium, et si vous avez un compte ancien doté d’un large réseau.

Malheureusement, ces quotas sont une « boite noire » (LinkedIn ne révèle pas comment ils sont sont déterminés).
Chez ProspectIn, grâce à de nombreux tests en interne, nous avons déterminé les quotas maximum qu’il était possible d’atteindre sans faire courir de risque pour votre compte sur le long terme :

  • Visites de profil : entre 80 et 100 / jour
  • Suivis de profil : entre 80 et 100 / jour
  • Demandes de connexion : entre 80 et 100 / jour
  • Envois de messages : entre 120 et 150 / jour

Il est possible de dépasser momentanément (et dans une certaine mesure) ces quotas sur un jour ou deux, votre compte ne se fera pas nécessairement restreindre si vous envoyez 101 demandes de connexion un jour donné ; mais si vous dépassez ce quota trop fréquemment, LinkedIn finira appliquer des restrictions à votre compte. Vous ne pourrez plus envoyer de demandes de connexion pendant un certain nombre de jours et vous recevrez un avertissement.
Si vous récidivez après un avertissement, LinkedIn pourra suspendre votre compte définitivement.

Les quotas de recherche

Sur LinkedIn, vous pouvez effectuer des recherches pour accéder à certaines personnes, que ce soit pour générer des listes de prospects ou chercher des candidats, il vous faudra utiliser la fonction recherche.
Comme vous vous en doutez, vous ne pouvez pas effectuer une infinité de recherches avec l’abonnement standard (gratuit) de LinkedIn. Eh oui, leur intérêt, c’est aussi de vous faire payer !

Ici aussi, LinkedIn instaure un quota de recherche maximum pour les utilisateurs gratuits. C’est bien évidemment une boite noire également, mais on sait dire chez ProspectIn, qu’au delà de 200-300 pages de recherche consultées par jour, vous n’aurez plus accès aux résultats de recherche et il faudra prendre un abonnement payants pour pouvoir continuer. Néanmoins, nous avons trouver une démarche à suivre pour utiliser le Sales Navigator, sans le payer.

Les comportements suspects et les outils à risque

LinkedIn n’aime pas les comportements « suspects », c’est à dire les comportements qui semblent être effectués par des robots, et non par des humains.

Certains outils sont plus risqués que d’autres, notamment Linked Helper. LinkedIn n’aime pas du tout qu’un compte soit utilisé dans un certain pays (par exemple la France), pour être utilisé à l’autre bout de la planète (par exemple aux USA) quelques heures plus tard. Nous vous déconseillons donc vivement l’utilisation de solutions cloud (type Meet-Alfred, we-connect, Phantombuster ou Neodeal).
Ces solutions ont l’avantage de pouvoir envoyer des actions depuis votre compte LinkedIn sans que vous ayez votre ordinateur allumé avec un onglet LinkedIn ouvert mais il faudra peu de temps à LinkedIn pour détecter l’utilisation d’un tel outil et de suspendre votre compte, ou appliquer des restrictions.

Les outils qui injectent du code HTML (c’est à dire qui modifient l’interface LinkedIn directement) sont aussi à proscrire. Il est très facile pour LinkedIn de repérer ce genre de manipulation, et votre compte sera rapidement banni.
Exemple d’outil injectant du code HTML : Linked Helper et Dux-Soup.

Il va sans dire que LinkedIn n’aime pas les faux-compte, et les repère en général  relativement facilement, tout en s’améliorant de jour en jour. Il est donc de plus en plus difficile de duper l’algorithme LinkedIn ; mais avec le bon process et les bonnes précautions, il est tout de même possible de créer des faux comptes sans se faire repérer.
(nous contacter sur le support pour obtenir le mot de passe)

Enfin, LinkedIn n’aime pas le multicompte. Il est vivement déconseillé de vous déconnecter d’un compte LinkedIn pour vous reconnecter sur un autre compte dans la foulée. Si vous utilisez plusieurs comptes LinkedIn, il vous faudra utiliser des sessions Chrome dédiées.

La notoriété du compte

Encore une fois, l’algorithme LinkedIn qui détecte ces comportements est une boîte noire, il n’existe donc pas de règles exactes ; mais plutôt un ensemble de « bonnes pratiques » qui garantissent avec un indice de confiance élevé de ne pas voir son compte se faire restreindre.

Pour résumer, il est possible d’imaginer l’algorithme comme un robot vous attribuant un « score » en fonction de certains critères et certaines actions que vous effectuez sur LinkedIn. Plus ce score est élevé et moins vous avez de chance de vous faire restreindre et vice versa.

Parmi les facteurs qui jouent, nous pouvons citer :

  • Le taux d’acceptation des demandes de connexion : attention, si ce taux est trop faible (<20%), LinkedIn pourrait penser que vous envoyez des demandes à des gens que vous ne connaissez pas et qui n’ont pas d’intérêt à accepter votre demande, et cela passera pour du spam.
  • La taille de votre réseau et le nombre de personnes qui vous envoient des demandes de connexion (plus le nombre de personne qui vous envoient des demandes de connexion est important, plus votre compte sera « de qualité » aux yeux de LinkedIn, et moins vous serez « à risque » d’être restreint.). Un compte qui a plus de 10 000 relations et qui reçoit plusieurs dizaines demandes de connexion par jour n’aura pas grand chose à craindre.
  • La possibilité de vérifier le compte avec une pièce d’identité. Un compte qui aura été vérifié avec une pièce d’identité aura beaucoup moins de chances d’être restreint qu’un compte qui n’aura pas été vérifié, puisque le compte vérifié exclu la possibilité que le compte soit un faux compte.
  • Le nombre de personnes qui vous suivent. Si un grand nombre de personnes vous suit sans pour autant vous avoir dans leur réseau, vous serez identifié comme un influenceur auprès de LinkedIn, ce qui réduira considérablement vos chances de vous faire restreindre
  • L’âge de votre compte : un compte ancien sera moins à risque qu’un compte plus récent.

Pour éviter des restrictions sur LinkedIn il est important de savoir toutes ces astuces, surtout si vous prospectez beaucoup.

Bonus

Si vous voulez encore réduire les chances de voir votre compte se faire restreindre, éviter d’envoyer des actions le week end, et en dehors des horaires de bureau. 😉

Si vous cherchez une solution, découvrez notre outil Waalaxy, qui n’est pas atteint par les restrictions de LinkedIn. Sinon, dans cet article on vous explique toutes les restrictions LinkedIn différentes et nos tips pour vous en sortir. 👊

En savoir plus 🔥

 

Tweetez
Partagez
Partagez